Actualités

Loto du samedi 11 décembre 2021

Venez nombreux le samedi 11 décembre 2021 à la salle des fêtes de Cazaux. Ouverture des portes à 19 heures. Nombreux lots.

L'Amicale organise son loto annuel.

Lire la suite...

Contact CUB

Nous recherchons un volontaire adhérent de l'Amicale pour assurer la fonction de correspondant sur la CUB et contact avec les bases de Bordeaux.

La France Mutualiste

Prochaine permanence de France Mutualiste à l'Amicale mardi 7 décembre 2021.
Sur rendez-vous

Lire la suite...

Notre Armée menacée dans ses fondations

Du Cercle Militaire, à la veille du 14 juillet 2021, le Président de la République, s'adressant à nos soldats, rappela notamment « qu'il est un ardent Européen... dans la mesure où la voie européenne est bonne pour le destin national... ».
Paroles sibyllines, énigmatiques de quelqu'un qui craint qu'il puisse en être autrement ? On pouvait le penser, car voici que deux jours après, un arrêt rendu par la Cour de Justice de l'Union Européenne vient éclairer ce propos : l'Europe tente par cet arrêt de porter un mauvais coup à notre institution.
De quoi s'agit-il ? En 2014, un sous-officier Slovène s'oppose au commandement, considérant ses tours de garde comme étant du "temps de travail". Après plusieurs années de procédure, la Cour Européenne vient de lui donner raison : « ses tours de garde sont bien du temps de travail, comme pour n'importe quel fonctionnaire… »
Bien qu'elle admette que les opérations extérieures ne sont pas des missions comme les autres, comment à partir de ce précédent, distinguer le soldat qui monte la garde dans sa caserne, de celui qui veille à la sécurité d'un camp en Opex ?
De hautes autorités s'inquiètent : « cet arrêt menace la souveraineté et la sécurité de la France… Il faut sans cesse le rappeler, le modèle français d'armée, son  efficacité, son agilité et son aguerrissement sont sans équivalent en Europe… C’est la conception même d’une armée opérationnelle en permanence qui est menacée... ».
Voyant les menaces qui pèsent sur nos Armées, le général Elrick Irastorza, chef d'état-major de l'Armée de Terre de 2008 à 2011, ne cache pas, lui aussi, la colère que lui inspire l'arrêt de la Cour de Luxembourg.
Imaginons : nous sommes au Sahel, l’unité des Forces Spéciales de l’opération Barkhane, renforcée par des contingents de plusieurs pays membres, doivent soudainement interrompre leur traque dans le désert, car l’accumulation d’heures supplémentaires met le commandement en contravention avec l’arrêt du 15 juillet 2021 rendu par la Cour Européenne de Justice.
Il faut souligner le vocable employé par la Cour européenne : « comme pour n'importe quel fonctionnaire » requalifiant ainsi les fondements même du statut du militaire.
Certaines idées dévastatrices ont la vie dure. Ainsi, cette vague de fond, née de l'esprit de mai 1968 qui avait donné naissance, dans les années 70 aux comités de soldats, ainsi qu'à des velléités de syndicalisation de l'Armée pourrait, s'appuyant sur cet arrêt, ressurgir.
Petite musique jouée dans l'air du temps : déconstruire aussi et surtout la verticalité !
Très bientôt, la France présidera l'Union Européenne.
Sa parole devra être grande lorsqu'elle s'exprimera. Le chef de l'État met donc en garde : « Lorsque l'Union Européenne nous conduit à renier ce qui nous défend, ce qui nous protège, une militarité à laquelle nous tenons par-dessus tout, nous n'y cédons pas » : des mots engagés. À suivre…

Jean Boulade

Télécharger le Bulletin n°114

Dernière minute à noter