Actualités

Loto du samedi 11 décembre 2021

Venez nombreux le samedi 11 décembre 2021 à la salle des fêtes de Cazaux. Ouverture des portes à 19 heures. Nombreux lots.

L'Amicale organise son loto annuel.

Lire la suite...

Contact CUB

Nous recherchons un volontaire adhérent de l'Amicale pour assurer la fonction de correspondant sur la CUB et contact avec les bases de Bordeaux.

La France Mutualiste

Prochaine permanence de France Mutualiste à l'Amicale mardi 7 décembre 2021.
Sur rendez-vous

Lire la suite...

Cazaux !... Ce qui me vient en premier à l'esprit, c'est un festival de couleurs, le sable de ses plages, le vert de sa forêt et bien sûr le bleu de son lac : Cazaux, c'est aussi la plus belle Base Aérienne de France : nul n'est passé par là qui ne s'en souvienne et beaucoup l'ont élu pour y établir leur retraite.
Mais peu connaissent l'étymologie du mot Cazaux, qui est à l'origine des noms propres que portent villages ou familles.
Cazaux, ce nom de famille du Midi et particulièrement du Sud-Ouest est présent sous la forme dérivée de Caze : petite maison. L'habitant est "lou Cazal", "lous Cazaux". C'est aussi le nom de lieux-dits en Ariege, Gers et Haute-Garonne.
Dans les informations recueillies sur Filaé.com, société spécialisée en généalogie, on apprend que, sous le nom de Cazaux :
– Depuis 1890, 4912 personnes sont nées en France.
– De 1966 à 1990, c'est dans le département des Landes que l'on trouve le plus de Cazaux (180), suivi par les Hautes Pyrénées (176), la Haute Garonne (156), les Pyrénées Atlantiques (138) et la Gironde (114). Pour les autres départements la rupture est nette : suit le Gers (24)… curieux non ?
Aux noms associés à Caze, on trouve aussi, Cauchois, Casas, Cazeaux, Cahuzac, Cozic, Cussac, Cacheux, Cases.
Natif du Médoc, j'ajoute que "Lou cazaou", c'est aussi le jardin (prononcer le "ou" aspiré !) comme dans "bidaou". Au fait, savez-vous que le "bidaou" a supplanté le "videau" français ?
Ma tante, Marie-Louise, qui parlait très couramment "patois" disait, en français : « Je vais aux videaux ». En fait, il s'agissait là d'une appellation locale francisée, du "bidaou" de la langue gasconne.
Mais tel les mots, je dérive !
Les mots vivent leur vie, passent les frontières, sans payer l'octroi. Il n'y a que les langues mortes qui ne dérivent pas. Ce qui me conduit à penser que Cazeau sans "x", ça n'existe quand même pas !
Pourquoi l'ai-je écrit comme cela sur le N°112 d'avril dernier ?
Chers Cazalins, vous avez le choix entre trois réponses :
– Vous faire avaler le poisson d'avril qui avait bouché le chenal du temps où l'on parlait de "l'étang et du camp de Cazaux" ? !
– Connaitre vos réactions ?
– Ou « Errare humanum est » tout simplement ?

Un Barbot, Cazalin de cœur, Georges Billa