Actualités

Assemblée Générale 2020

En raison des événements, l'Assemblée Générale prévue le jeudi 15 octobre 2020 à la salle des fêtes de Cazaux n'aura pas lieu.

Une consultation par mail vous sera envoyée.

Respectez les consignes pour vous et nous protéger.

Le Bureau

C’est le temps des lilas
Le temps de la fleur encore froissée du rhodo où l’abeille se pose
De la glycine qui embaume, odeur sucrée de miel.
Sous l’ombre de l’arbousier sur leurs deux chaises longues :
« Dis donc Gisèle, on est quel jour ? dit Jean
Ben je sais pas, demande à Patricia, c’est la secrétaire de l’AAAG, elle sait tout Patricia ! »
Mais Patricia ne sait pas. Ni Gaétan, ni Colette, ni Pascal d’ailleurs…
Plus personne ne sait…
Avant il y avait le lundi, le mardi, des semaines de sept jours, des week-ends en famille, des repas entre amis, des virées à vélo, le chien à promener, des balades au bord de la mer, bras dessus, bras dessous ou main dans la main, des couchers de soleil assis dans le jardin un verre à la main, les rires des enfants et des petits enfants.
Mais ça c’était avant
Avant le confinement
Maintenant, c’est tous les jours « jourdi »
Sauf si c’est « jourmanche » et ce long jour sans nom qui compte bien plus que 24h…
L’agenda qui est vide alors qu’il était plein, qu’on ne regarde plus. On a déjà tout barré jusqu’au mois de…
Libre sur la branche du chêne, le merle regarde
Tout en bas, dans leurs cages
Les hommes captifs.
Parfois on serait presque heureux !
Le temps se fige dans une éternité.
Le temps de méditer, de se ressourcer, de lire, se cultiver.
Le temps de prendre le temps …
Tous les soirs à 20 h, la France est aux balcons.
On crie, on applaudit, on chante car là-bas, des fées masquées en blouses bleues
S’activent en silence dans les longs couloirs blancs
Pour que la vie triomphe.
C’est un printemps sournois qui se moque du monde
On l’a trop torturé et voilà sa vengeance
Cruel il se déchaine piquant, mordant, impitoyable
Pourtant dehors il fait si beau.
Il y a le temps d'avant qui ne reviendra pas
Parce qu'il y a mieux que ça. Il faudra le construire et c’est ce qu’on fera.
Demain viendra le temps des tournesols.
Le temps des sorties en bateau.
À deux ou trois bateaux, des pique-niques sur l’eau. De la pêche aux palourdes, des crabes dans les esteys à marée remontante.
Du rosé bien frais sur les huîtres juste ramassées, des mouettes gourmandes du pain lancé.
Le temps de se revoir, de se parler enfin, de partager nos joies, nos espoirs, nos histoires, tournés vers l’avenir comme la fleur d’été tournée vers le soleil.
Mais surtout de se dire : « comme tu m’as manqué, c’était si long sans toi ! »
Et on s’enlacera.

Marie-Jo Ablancourt