Actualités

Loto du samedi 11 décembre 2021

Venez nombreux le samedi 11 décembre 2021 à la salle des fêtes de Cazaux. Ouverture des portes à 19 heures. Nombreux lots.

L'Amicale organise son loto annuel.

Lire la suite...

Contact CUB

Nous recherchons un volontaire adhérent de l'Amicale pour assurer la fonction de correspondant sur la CUB et contact avec les bases de Bordeaux.

La France Mutualiste

Prochaine permanence de France Mutualiste à l'Amicale mardi 7 décembre 2021.
Sur rendez-vous

Lire la suite...

L'Arc de Triomphe, déjà violé, tagué et saccagé, est maintenant offert à l'emballage sur l'autel de "l'art" contemporain !
Voir le symbole de la France combattante, sous lequel repose la glorieuse dépouille du Soldat inconnu honorée chaque soir, caché par de vilaines toiles, provoque chez beaucoup, désarroi et sourde colère, le plus sacré des symboles de notre nation étant une nouvelle fois profané.
Ignorance de notre Passé historique ? Désinvolture ? Indifférence ? Pire : irrespect gratuit à l'égard de nos héros et jubilation des anti France revêtus des oripeaux de cette "prouesse technique" pour rabaisser nos sites à vocation militaire et patriotique.
Dans ce même cadre philosophique, notre "Bébelmondo", cet homme vrai, qui n'a jamais triché, ni avec la vie, ni avec son métier, méritait bien que l'on salue sa mémoire.
Pour autant, aurait-il apprécié les honneurs qui lui ont été rendus dans le site, en l'occurrence inapproprié, des Invalides ?

Georges Billa

France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
France, France, réponds à ma triste querelle.
Mais nul, sinon Echo, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine,
Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
Ils ne craignent le loup, le vent, ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

(Les Regrets) Joachim du Bellay (1522- 1560)