Actualités

Loto du samedi 11 décembre 2021

Venez nombreux le samedi 11 décembre 2021 à la salle des fêtes de Cazaux. Ouverture des portes à 19 heures. Nombreux lots.

L'Amicale organise son loto annuel.

Lire la suite...

Contact CUB

Nous recherchons un volontaire adhérent de l'Amicale pour assurer la fonction de correspondant sur la CUB et contact avec les bases de Bordeaux.

La France Mutualiste

Prochaine permanence de France Mutualiste à l'Amicale mardi 7 décembre 2021.
Sur rendez-vous

Lire la suite...

*Merci à François 1er pour l’emprunt de cette citation (misogyne) modifiée !

Pour les béotiens que nous sommes, même si depuis un an nous avons fait quelques progrès en connaissance scientifique, il nous reste un long chemin à parcourir avant de pouvoir être embauchés à l’Institut Pasteur même si pour l’instant l’Institut Pasteur, ce n’est pas vraiment LA référence, hélas…
Des mots nouveaux sont venus titiller nos oreilles : coronavirus, covid19, Sars-cov-2, confinement, déconfinement, reconfinement, R effectif, taux d’incidence, taux de positivité, tests PCR, hydroxy chloroquine, couvre-feu, attestation dérogatoire, gestes barrières…
Et les célèbres et redoutables "variants". L’anglais, le sud-africain, le brésilien et peut-être le breton, le petit nouveau fraichement sorti des fûts de cidre !
Alors, comment reconnait-on les "variants" du coronavirus ?
Tout d’abord comment reconnait-on le coronavirus ou SARSCOV-2, à l’origine de tous nos maux ?
C’est facile ! Le covid19 a plein de petits boutons comme de l’acné sur sa surface ronde. Ça dépasse en excroissances, c’est comme une balle avec plein de petites aiguilles piquées autour ou comme un beau petit oursin ! C’est très joli pour un virus si méchant ! On ne se méfie pas de lui tellement il est mignon ! Méchant, il l’est mais très malin et très vicieux aussi !
Brouiller les pistes, c’est son jeu préféré ! Un peu vexé d’avoir été analysé, scruté, disséqué, expliqué, dévoilé, traqué, mis à nu, "microscopé", il s’est dit un matin « Tiens, si je mutais pour les embêter ? Je m’ennuie un peu, ça devient routinier tout ça, depuis un an, c’est lassant ! On me dépiste, on me traque, on m’extermine, on vaccine…
Maintenant ils savent faire même si beaucoup perdent encore la vie. Ils se sont habitués à ce décompte macabre, 350 morts aujourd’hui, 389 hier. Tiens, c’est mieux aujourd’hui, 39 de moins… Ils devraient se rebeller, dire encore 389 morts, c’est 389 de trop. Réveillez-vous les humains ! »
Alors il a inventé le "variant anglais". Pour le reconnaitre c’est facile. Au lieu de petits piquants, il porte un chapeau melon, une moustache et a un accent bizarre, il ne prononce pas les R. Il s’arrête tous les jours à 17 h pour sa pause thé avec des scones bien beurrés bien gras et si le matin vous avez envie de haricots à la tomate, bacon et œufs sur toasts légèrement grillés mais pas trop, c’est que vous êtes atteints par ce virus-là !
Pour le variant brésilien c’est encore plus simple. Il ne porte que des tenues très colorées et se balade à moitié dévêtu. Si vous avez toujours envie de danser sur un air de samba en vous tortillant, de chanter en faisant « toutoutout, toutouyoutout », pas besoin de tests PCR, vous êtes contaminés…
Le sud-africain c’est un peu plus complexe mais on commence à le connaitre assez bien. Il est très paradoxal car c’est surtout dans l’est de la France, région froide qu’il s’épanouit alors qu’il vient d’un pays très chaud. Les malades se promènent en pagne, s’enduisent le corps de peintures à motifs rituels et parlent subitement le Zoulou, le xhosa ou l’afrikaans ou chantent des chansons de Johnny Clegg : "asimbonanga" par exemple. Certains se mettent même à parler anglais ou néerlandais. C’est un variant très contagieux. Il touche toutes les catégories d’âge.
Depuis peu, on parle d’un "variant breton". Celui-là, on ne le connait pas bien encore et il parait qu’il est difficile à détecter. On pense qu’il peut avoir le pied marin et résiste à la pluie… Sûrement qu’il doit avoir un chapeau rond ou une coiffe bigoudène, ce tube haut et dentelé au lieu des piques ? Si vous avez subitement envie de manger des crêpes ou des galettes de blé noir avec du cidre ou pire un kouign- amann bien gras avec du chouchen en écoutant de la cornemuse, pas de doute, pour vous c’est trop tard !
Malheureusement, il est à craindre que cette liste ne soit pas exhaustive et que nous verrons bientôt arriver d’autres "variants". Pourquoi pas, un "variant aquitain" ? Il mangerait des huitres, avec du vin blanc et des crépinettes. Il aimerait les chocolatines, la lamproie, les cèpes et se baladerait dans les pins au bord de l’océan. Il chanterait « qu’il est tombé pour elle » : l’île aux oiseaux…
Mais à chaque jour suffit… son variant, alors on verra bien demain !

Marie-José Ablancourt