Actualités

Nos amis de la Légion

Camerone

Samedi 30 avril

Céremonie 11 heures au siège de la section de Parentis en Born. Apéritif et couscous 28 €.

Remise des Képis Blancs

à une nouvelle promotion de légionnaires, Mardi 24 mai à 16 heures Arènes de Parentis en Born

Contactez Frank Lemonnier au 06 23 80 52 91
"Aidons nos légionnaires"

Contact Bordeaux Métropole

Notre nouveau contact sur Bordeaux et environ.

Monsieur Jean RIGUET

0636478506

nano.riguetATorange.fr

Janvier 1965.

Après une semaine de missions photos en haute et basse altitude sur la Somalie, le Yémen, l'Arabie Saoudite et l'Érythrée, nous sommes 2 Vautour B de la 92ème escadre, basée à Mérignac, qui rentrons de Djibouti. Notre itinéraire de retour passe par Entebbe (Ouganda), Fort Lamy, Reggan et Bordeaux.
À Entebbe, nous rencontrons des pilotes israéliens faisant le coup de feu sur Fouga ougandais vers le Congo.
Après le décollage d'Entebbe et après avoir quitté le contrôle (sans radar), mon commandant d'avion, lieutenant navigateur, me demande de prendre le cap vers Stanleyville (Kisangali) au Congo comme prévu au briefing.
Caméras chargées bloc, nous effectuons 2 ou 3 "runs" sur la ville et le terrain, puis cap vers Fort Lamy. À 30 minutes de l'arrivée, le Nord 2501 qui nous précède, annonce du vent de sable et retourne sur Bangui. Nous nous déroutons alors sur Fort Archambaud (Sahr) au Tchad.
Piste d'environ 1600 à 1800 mètres en latérite et entrée de piste en plaques de tôle. Passage basse altitude et basse vitesse train sorti, afin de faire évacuer la piste traversée par de nombreuses personnes à pied, à cheval, etc. Nous nous posons tranquillement, avec le parachute frein et très légers en pétrole. Au parking, pas d'échelle et le Vautour… c'est haut ! Et pas de pétrole pour avitailler !
Le lendemain, les deux Nord arrivent avec les mécanos, les groupes de démarrage et une trentaine de fûts de pétrole.
Les parachutes de queue sont changés à cause de la latérite. Nous ferons les pleins à la pompe Japy avec les mécaniciens, chacun son tour !
L'après-midi, décollage léger pour fort Lamy avec 2,5t de pétrole, au lieu de 9t. Le 2ème Vautour attendra 30 minutes pour décoller afin que le nuage de latérite soit évacué.
À Fort Lamy (Ndjamena), les mécanos stupéfaits découvrent que la plaque de protection des maxarets (ABS sur Vautour) épaisse d'environ 1cm est trouée et complètement déformée par les cailloux de latérite.
Remise à niveau et le lendemain Fort-Lamy – Reggan, changement d'équipage et pour moi un petit tour de "Grise" (Nord 2501) jusqu'à Bordeaux.
Mission effectuée après environ 20h00 de vol par équipage.

Christion Pileaudeau sergent pilote.