Actualités

Loto du samedi 16 décembre 2023

Venez nombreux le samedi 16 décembre 2023 à la salle des fêtes de Cazaux. Ouverture des portes à 14 heures. Nombreux lots.

L'Amicale organise son loto annuel.

Lire la suite...

Danser sur les vagues

Ce 4e opus de Marie-José ABLANCOURT, épouse d'un membre de l'amicale et une des rédactrices dans notre bulletin, peut être acheté soit sur : www.edilivre.com

Lire la suite...

La France Mutualiste

Prochaine permanence de France Mutualiste à l'Amicale mardi 14 novembre 2023.
Sur rendez-vous

Lire la suite...

Contact Bordeaux Métropole

Notre nouveau contact sur Bordeaux et environ.

Monsieur Jean RIGUET

0636478566

nano.riguetATorange.fr

« Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d'aller sans faille au bout de sa parole en sachant qu'il est voué à l'oubli ». Antoine de Saint Exupéry (Solidarité Militaire mars 2023).

Militaire et soldat. Il y aurait-il lieu de distinguer le soldat, militaire armé pour ou en action de guerre, du militaire dans un sens plus général ? Subtile et complexe distinction qui mériterait un long développement. On ne retiendra donc ici que l'essentiel : en toutes actions, le militaire s'engage au sein de nos Armées pour servir son pays.

Motivations individuelles. Elles sont multiples. Nous dirons que le militaire s'engage avant tout, à rester fidèle aux valeurs de l'Institution qu'il s'est choisie pour servir la France : l'Armée constitutionalisée de notre République.

Applaudi un jour, décrié le lendemain... « Tu diras à tes camarades que je suis maçon », disait à sa fille un pilote de "la 30" dans les années 60, afin qu'elle ne fasse pas l'objet de sarcasmes pouvant nuire à son enfant.

Frantz-Olivier Giesberg soulignait récemment que « L'antimilitarisme est le pacifisme des imbéciles ». Ceci peut paraitre grossi et grossier si l'on passe sous silence les dégâts engendrés par cette philosophie, tout au long de notre Histoire et notamment depuis le 20e siècle.

Pour se faire respecter, une nation qui veut la paix arme son armée et la respecte. «... le soldat français est là pour servir. Pour protéger de la barbarie et de la mort les populations auprès desquelles il a été envoyé par ses compatriotes... » . Général Christophe Gomart "Soldat de l'ombre" (AAAG Info N° 112 avril 2021).

À la question posée à Gide partant au Congo, « Mais qu'allez-vous chercher là-bas ? », il répondit « J'attends d'être là-bas pour le savoir » : illustration du volet aventure-découverte, du militaire français qui, sans idée préconçue, fera sur place ce qu'il y a de mieux à faire.

Dans les années 1950 on disait, de la France libérée du joug germanique, qu'elle avait réussi l'assimilation de sa jeunesse grâce à ses institutions civiles, religieuses et à son armée : son armée, notre grande et belle institution qui, dans une France en recherche de cohésion, maintient, encore aujourd'hui entre ses membres, l'espace hiérarchique indispensable à la survie de toute communauté.

D'Austerlitz à Dien Bien Phu, notre Armée c'est la Grande Histoire récente de notre pays à travers ses héros, ses victoires, ses défaites, ses nombreux faits d'Armes trop méconnus parmi lesquels :
Le serment de Koufra du général Leclerc «... pour que nos belles couleurs flottent sur la cathédrale de Strasbourg...». 3000 km restaient à conquérir pour déloger l'Aigle Nazi de son repaire. Du désert Libyen au Monte Cassino, ils débarqueront en Provence avec 260 000 soldats français de l'empire qui iront jusqu'à Berlin, après avoir été les premiers à investir le Berghof, "repaire de l'Aigle", résidence privée d'Hitler le 4 mai 1945 ! Débarquement inconnu du discours officiel du 8 mai 2023 !

Pourtant cet exploit incroyable, lourd en pertes humaines, reconnu à l'international, restera un des plus glorieux fait militaire.

Nos aviateurs en 1939 : 567 aviateurs sont morts au combat, auxquels s'ajoutent 470 blessés (40 % des officiers navigants et 20 % des sous-officiers et hommes de troupe). Pour la même période, la Luftwaffe a perdu 664 appareils abattus par notre aviation et environ 500 de ses aviateurs, 700 autres ont été faits prisonniers.

Si courage et esprit de sacrifice n’ont pu, à eux seuls, compenser les effectifs insuffisants, nos aviateurs ont cependant fait face à la Luftwaffe, mais sans s’imposer, faute de matériels modernes et d’une doctrine d’emploi seulement adaptée à la guerre-éclair en l'absence de volet logistique. Impréparation matérielle, propagande défaitiste inoculée à notre nation "verminée" par un certain pacifisme allant parfois jusqu'aux sabotages de nos usines d'armement, ces facteurs, constitutifs de la défaite, surélèvent l'esprit de nos héros et de tous ceux qui ont fait leur devoir.

Les Anglais ont reconnu que sans l'aide de nos Ailes, leurs Terres n'auraient peut-être pas résisté à l'envahisseur.

Les Ailes de la France Libre ne comprenaient pas que le Normandie Niemen. D'autres, dont on ne parle presque jamais ont présenté, les pourcentages les plus élevés de morts pour la France lors de la 2ème guerre mondiale.

C'est le "Lorraine" qui a été chargé d'épandre, avec ses "Bostons", un rideau de fumée au ras des plages du débarquement en Normandie afin de gêner les tirs ennemis… Mission de tous les dangers, exécutée certainement la peur au ventre mais sans bavure, exploit jamais rappelé par ceux qui ont l'obligation morale du devoir de mémoire envers nos jeunes générations et qui rabâchent à longueur de papiers et de films les seuls exploits de nos Alliés.

Rappelons ici que nos aviateurs, n'hésitaient pas à bombarder en piqué les objectifs afin d'éviter les victimes civiles. À l'exemple du "Lorraine" qui, en pleine ville de Chevilly-la-Rue détruisit définitivement la centrale électrique sans causer de victimes collatérales. On parle ici du Lorraine, mais combien d'autres unités, devraient être citées.

Le militaire Français. Le développement de ce sujet nécessiterait de nombreuses autres pages pour mieux l'éclairer. Je dirai cependant que "L'uniforme moral" de fidélité à la France, que revêt le militaire dès son engagement, sera porté, s'il le faut, jusqu'au sacrifice suprême.

Il nous appartient, nous qui savons ce que sont les nôtres, ce qu'ils ont fait et font pendant les conflits qui endeuillent nos Armes et notre Nation, de faire connaître leurs actions, qu'elles soient, anecdotiques ou générales. Lorsque dans des conversation inter génération j'avance quelques propos à ce sujet, j'ai chaque fois les mêmes regards étonnés et la même réponse ! « Ah..., je savais pas... ».

Par contre, nos Jeunes sont imbattables culturellement, lorsqu'il s'agit de ce que, de Vercingétorix à nos jours, "nous avons fait de pas bien". Ils l'ont appris à l'école.

Le général Pierre Schill, actuel chef d'Etat-major de l'Armée de Terre définit parfaitement le cœur de notre sujet : « Le soldat se lève car il sait qui il est ». C'est bref, c'est net et que de nobles pensées s'en exhalent !

Fidèles à la France, nos soldats lui font honneur dans leur comportement. Faisons le connaître et reconnaître.

Georges Billa

 

Philippe Leclerc de Hauteclocque, plus connu comme maréchal Leclerc, signe l'acte de capitulation du Japon à bord de l'USS Missouri.